SŽlection large des textes envisagŽs pour le film (il Žtait prŽvu que peu ˆ peu la sŽlection s'affine, en fonction des personnes trouvŽes pour interprŽter les textes).

 

 

Le Roi Lear

 

(I,1) LEAR

Qu'au tombeau, ma paix soit aussi totale

Que ce desschement d'un cÏur paternel

 

(I,1, Cordelia)

J'en supplie votre majestŽ une fois encore!

C'est vrai, je n'ai pas l'art spŽcieux, huileux,

D'annoncer sans tenir, car, ce que je veux faire,

Je le fais avant d'en parlerÉ Dites bien, cependant,

Que ce n'est rien d'inf‰me, crime ou souillure,

Rien d'impudique, et nul faux pas hors de l'honneur

 Qui m'a privŽ de vos bonnes gr‰ces,

Mais simplement le manque, qui m'enrichit,

D'un Ïil toujours ˆ quŽmander, et d'une sorte de langue

Que je suis fort heureuse de n'avoir pas,

Bien que cela me prive de votre amour.

 

(I,1, LEAR)

Mieux ežt valu n'tre pas nŽe

Plut™t que tant me dŽplaire.

 

(I,1 France)

Trs pure CordŽlia, dans ta pauvretŽ la plus riche,

Et la plus digne d'tre Žlue, ™ dŽlaissŽe,

Et toi que j'aime tant, oui, bien que mŽprisŽe,

ƒcoute : je me saisis de tes vertus et de toi,

Qu'il soit permis que je prenne ce qui a ŽtŽ rejetŽ.

Dieux! Qu'il est Žtrange que votre manque d'Žgards

Envers elle, et votre froideur, ce soit cela qui Žchauffe

Mon amour et le porte ˆ un respect plein de feu!

 

(I, 4, Lear)

O trs chre dŽesse,

Nature, Žcoute-moi, Žcoute, Žcoute!

Tes rojets, abandonne-les, si tu voulais rendre

Cette crŽature fŽconde! Porte en son sein

La stŽrŽlitŽ? Ses organes d'engendrement,

Dessche-les, et fais que de son corps

Avili, un enfant jamais ne surgisse

Pour l'honore. Ou s'il faut qu'elle enfante

Fais-lui un fils de fiel, et qui n'ait de vie

Que pour la tourmenter de ses embžches ingrates!

Que sur son jeune front il imprime des rides,

Qu'il creuse avec des pleurs des sillions sur ses joues,

Qu'il fasse de ses peines, de ses soins

Matire de mŽpris, de rireÉ - et qu'elle sente

Combien c'est plus aigu, un enfant ingrat,

Que la dent du serpent! Ah que je parte

Loin d'ici, loin d'ici!

 

(I,4 Lear)

Vie et mort! Que je suis honteux

Que tu aies le pouvoir d'Žbranler ainsi mon cÏur d'homme,

Et que ces chaudes larmes, qui jaillissent contre mon grŽ,

Te fassent digne d'elles! Oh, temptes, flagellez-la,

Et vous brouillards nocifs! Que les incurables blessures

 De la malŽdiction d'un pre te dŽchirent

En chacun de tes sens! Vieux tendres yeux,

Si pour ce motif-lˆ vous pleurez encore,

Je vous arrache et vous jette, avec l'eau que vous rŽpandez

Pour attendrir la pierre! En sommes-nous donc lˆ?

Soit!

 

(II, 3, Lear)

Ne me rassotez pas au point que je souffre

Comme une bte soumise. PŽnŽtrz-moi

D'une haute colre, - et faites que mes joues ne soient pas souillŽes

De pleurs, ces armes de la femme.

Vous pensez que je vais pleurer,

Non, non, je ne pleurerai pas. J'ai certes toutes

Les raisons de le faire, mais ce cÏur-lˆ

Eclatera en cent mille morceaux

Avant que je ne pleure. O fou, je deviens fou!

 

(IV, 1, Gloucester)

Des mouches dans la main d'un enfant espigle,

Voilˆ ce que nous sommes pour les dieux.

Ils nous tuent pour ses divertir.

 

(IV, 6, Lear)

Mourir pour un adultre? Que non!

Le roitelet s'y roule, et la petite mouche dorŽe

Fait juste sous mes yeux ses lubricitŽs.

Que la copulation prospre! Car le fils b‰tard de Gloucester

Fut plus doux pour son pre que mes filles

Qui furent engendrŽes dans les draps lŽgitimes.

Vas-y luxure! Et ple-mle! Car il me faut des soldats.

Oh, voyez-moi lˆ-bas cette minaudire donzelle

Dont la mine fait croire ˆ des cuisses pleines de neige,

Qui singe la vertu, et secoue la tte

Ds qu'elle entend le nom de quelque plaisir.

Et pourtant le putois ni l'Žtalon que l'on gave

N'y vont pas avec plus de furieux dŽsirs.

Au-dessous de la taille : centauresses!

Bien que femmes plus haut.

Jusqu'ˆ la ceinture les dieux gouvernent,

En dessous, c'est l'empire de tous les diables,

C'est l'enfer, c'est la nuit, c'est la fosse pleine de soufre,

C'est tout ce qui bržle, qui Žbouillante, tout ce qui pue,

Qui dŽvore.

 

(IV, 6, Lear)

Sois courageux! Nous venons pleurant dans ce monde,

Nous vagissons et pleurons, tu le sais, aussit™t notre premier souffle.

Quand nous naissons, nous pleurons de venir dans ce grand thŽ‰tre de fousÉ

 

Ah, a ferait d'une homme une statue de sel

D'utiliser ses yeux comme des arrosoirs,

Oui, pour coucher la poussire d'automneÉ Je veux mourir en beautŽ,

Comme un mariŽ, tirŽ ˆ quatre Žpingles : mais oui, joyeux!

 

(IV, 7, Lear)

Je vous en prie, ne vous moquez pas de moi.

Je suis un trs vieil homme trs sot, trs fou,

De quatre-vingt ans et plus, non, pas une heure

De plus, de moins; et, pour parler franc, je redoute

De ne plus tre au mieux de ma raison.

Je vous connais, il me semble, et cet homme aussi,

Mais je reste incertain; car, avant tout, j'ignore

Quel est ce lieu; et de toute ma tte

Je ne puis rien tirer sur ces vtements; et ne sais

O j'ai logŽ cette nuit. Ne riez pas de moi,

Mais, aussi vrai que je suis un homme,É

 

(V, 1, Edmond)

A chacune de ces deux sÏurs, j'ai fait un serment d'amour.

Et chacun souponne l'autre, ˆ peu prs autant

Que l'homme mordu la vipre proche.

Laquelle donc vais-je prendre?

Toutes les deux?

Ou l'une? Ou bien aucune? En fait, il est exclu

Que je profite d'aucune, si toutes deux

Doivent rester en vie?

 

(V, 2, Edgard)

Quoi, une fois de plus ces pensŽes malsaines? Il faut, pourtant,

Que les hommes endurent leur dŽpart

Comme ils acceptent leur venue. Car l'essentiel,

C'est que le fruit mžrisse.

 

(V, 3, Lear)

Non, non, non, non! Viens, allons-nous en prison.

Nous deux tous seuls chanterons comme des oiseaux dans leur cage.

Quand tu demanderas que je te bŽnisse, je me mettrai ˆ genoux

Et te demanderai que tu me pardonnes. Ainsi vivrons-nous

En priant et chantant et nous contant de vieilles lŽgendes,

Et riant aux papillons d'or. Nous Žcouterons

De pauvres diables parler des nouveautŽs de la Cour

Et, nous aussi, nous parlerons avec eux,

De qui perd et qui gagne, de qui est en faveur et de qui

Est tombŽ en disgr‰ce. Nous prendrons sur nous d'expliquer

Le mystre des choses, tout comme si

Nous Žtions des espions envoyŽs par Dieu; et, ainsi,

Entre les murs de notre ge™le, nous survivronsÉ

 

(V, 3, Edgar)

Est-ce si doux, cette vie,

Qu'on puisse prŽfŽrer souffrir mille morts,

Plut™t que d'en finir une fois pour toutes!

 

(V, 3, Lear)

Pourquoi un chien vivrait-il, un cheval, un rat,

Quand, toi, tu n'as plus de souffle?

 

 

 

Hamlet

 

 

(I, 2, Hamlet)

Oh! Si cette chair – trop, trop solide – pouvait fondre,

Et dans ce dŽgel se dissoudre en rosŽe,

Ou si l'Eternel n'avait pas ŽdictŽ sa loi

Contre le meurtre de soi-mme ! ï Dieu ! ï Dieu!

Comme me semble lassant, rebattu, insipide

Et ne menant ˆ rien, tout ce qu'on fait au monde !

Pouah, quelle horreur ! C'est un jardin envahi d'herbes

Qui montent en graine. Seul ce qui est Žpais

Et grossier y rgne.

 

(I, 5, Hamlet)

Tiens bon, tiens bon, mon cÏur,

Et vous mes nerfs, ne vieillissez pas tout d'un coup,

Mais soutenez-moi ferme. Me souvenir de toi?

Oui, pauvre spectre, tant que durera la mŽmoire en ce globe ŽgarŽ. Me souvenir de toi?

Oui, j'effacerai des tablettes de ma mŽmoire

Tout ce qui y fut inscrit de futile et de sot,

Tout adage livresque, image, impression passŽe,

Que ma dŽfŽrente jeunesse y a copiŽs

 

(II, 2, Hamlet)

J'ai depuis peu – mais pour quelle raison, je ne sais – perdu toute ma gaietŽ, dŽlaissŽ mes exercices habituels et, en vŽritŽ, je suis sous le poids d'un tel accablement que ce superbe Ždifice, la terre, me semble un promontoire stŽrile. Quel chef d'Ïuvre qu'un homme! Et cependant qu'est pour moi, cette quintessence de poussire? L'homme ne m'enchante pas – non, ni la femme non plus.

 

 

(II,  2, Hamlet)

Triste incapable, cÏur mal trempŽ, je me morfonds,

Comme un qui rvasse, insensible ˆ ma cause,

Sans pouvoir dire un mot É

Suis-je un poltron? É

Eh bien, quel ‰ne je fais! Oui pour sžr, il est beau que moiÉ

J'aille, comme une pute, dŽcharger mon cÏur en paroles

Et me mette ˆ jurer comme une vraie trainŽe.

 

(III, 1, Hamlet)

ætre ou ne pas tre, voilˆ la question :

Savoir s'il est plus noble pour l'esprit d'endurer

Les coups de fronde, les flches de l'outrageuse fortune

Ou de prendre les armes contre une mer d'Žpreuves,

Et, s'y opposant, les finir. Mourir, dormir )

Pas plus, et par un sommeil dire qu'on met fin

Aux angoisses et aux mille Žtreintes naturelles

Dont hŽrite la chair – C'est un achvement

A dŽsirer avec ferveur. Mourir, dormir.

Dormir, rver peut-tre.

 

(III, 2, Hamlet)

C'est l'heure maintenant des sorcelleries de la nuit,

O baillent les cimetires, o les exalaisons de l'enfer

Contaminent le monde. C'est maintenant que je pourrais boire

Du sang chaud et faire des chises si atroces que le jour

FrŽmirait de les voir.

 

(III, 4, Hamlet)

ï honte, o sont tes rougeurs?

 

(IV, 7, Gertrude)

Il est un saule au-dessus d'un ruisseau,

Qui mire dans les eaux ses feuilles argentŽesÉ

Comme elle se hissait

Aux branches qui retombent, afin d'y accrocher

Sa couronnes de fleurs, un rameau malveillant

S'Žtant cassŽ, elle tombe, avec ses trophŽes d'herbes,

Dans le ruisseau en pleurs. Largement dŽployŽs,

Un moment ses habits la portent, et sirne,

Elle chantonne alors des bribes de vieuxx airs,

Comme Žtant inconsciente de sa propre dŽtresse,

Ou tel un tre nŽ et vivant ˆ son aise

Dans cet ŽlŽment-lˆ. Mais il fallut bient™t

Qu'alourdis d'avoir bu ses vtement finissent

Par arracher la pauvre ˆ son chant mŽlodieux,

L'entra”nant dans un noueux trŽpas.

 

(V, 2, Hamlet)

Si c'est maintenant, ce n'est pas ˆ venir. Si ce n'est pas ˆ venir, ce sera maintenant. Si ce n'est pas maintenant, cela viendra pourtant. Le tout est d'tre prt. Puisqu'on a rien qu'on laisse, qu'est-ce donc de partir t™t?

 

 

 

Comme il vous plaira

 

I,2, Orlando

Qu'est-ce que cet Žmoi qui pse sur ma langue?

Elle voulait vraiment que nous parlions, et moi

Qui ne peux dire un mot!

O pauvre Orlando, on t'a clouŽ au sol.

Est-ce Charles qui te terrasse,

N'est-ce pas un tre de moins de muscles?

 

I,3, Rosalinde

Ah, que la vie est quotidienne, partout des ronces.

 

II, 1, Le duc

Eh bien, mes compagnons, mes frres d'exil,

Nos habitudes d'ˆ prŽsent, si bien ancrŽes,

N'assurent-elles pas ˆ notre vie

Plus d'agrŽment que la pompe et le fard?É

Si le vent d'hiver

De sa dent de glace me troue, s'il m'enveloppe

Des hargnes de son souffle, eh bien, oui, je grelotte,

Je me recroqueville, mais je souris,

Me disant qu'il n'est pas un de ces flatteurs encore

Mais avise mes sens, et me rappelle

A celui que je suis. BŽnŽfique, l'adversitŽ,

On dirait un crapaud fort laid, venimeux,

Mais comme le crapaud elle a dans la tte

Une pierre prŽcieuse. Notre vie,

La voici protŽgŽe de la sociŽtŽ,

Elle peut Žcouter des voix dans les arbres,

Ou lire dans les eaux vives, ou se confier

A l'Žloquence des pierres; et cela, c'est le bien!

Je ne voudrais le perdre pour rien au monde.

 

II, 3, Adam (serviteur)

Ma vieillesse? C'est donc un fort bel hiver,

Froid, mais c'est de saison. Laissez-moi vous suivre,

Je remplirai l'office d'un plus jeune homme

En toutes vos affaires, tous vos besoins.

 

II, 4, Silvius

Ah, tu n'as pas aimŽ bien passionnŽment!

Si tu as oubliŽ la moindre extravagance

O t'ait jamais prŽcipitŽ l'amour.

Non, tu n'as pas aimŽ. Si tu n'es pas restŽ comme je fais en ce moment

Ë lasser tout le monde par la louange

De ton aimŽe, non, tu n'as pas aimŽ.

Ou bien si tu n'es pas parti, sans criŽ gare,

Comme je fais maintenant, par amour,

Non, tu n'as pas aimŽ.

 

II, 4, Pierre de touche (le bouffon)

Et je me souviens que je baisais son battoir, ˆ la m™me, et aussi les tŽtines de la vache que ses mignonnes mains toutes gercŽes venaient de traire. Et je me souviens encore que j'ai courtisŽ une cosse de pois en croyant que c'Žtait elle; et que j'en ai tirŽ deux gros petits pois pour aussit™t les lui rendre en m'Žcriant, tout en dŽchargeant des sanglots: "porte-les en souvenir de moiÉ" Nous autres les vrais amoureux nous nous laissons aller ˆ d'Žtranges lubies. Mais comme tout est mortel, dans la nature, il est bien naturel que l'amour aussi soit fou ˆ pŽrir.

 

II, 7, Orlando

Oh, pardon, je vous prie,

Je pensais ne trouver ici que des sauvagesÉ

Mais qui que vous soyez,

A vivre ainsi dans ce dŽsert inaccessible,

Ë l'ombre de ces arbres tristes, laissant se perdre

Inaperues les heuresÉ (que) la douceur

Soit ma faon de vous contraindre.

 

II, 7, Jacques (la mŽlancolie)

La conclusion de cette dr™le d'histoire, mouvementŽe,

C'est la seconde enfance, l'oubli de tout,

Et plus de dents, plus d'yeux, plus de gožt pour rien ni plus rien.

 

III, 2, CŽlia

Ah, c'est merveilleux, merveilleux, merveilleusement merveilleux! Merveilleux au-delˆ de toutes les exclamations qui s'Žmerveillent.

 

III, 2, Rosalinde

Une seconde plus dans ton retard ˆ parler, c'est aussi long qu'une traversŽe dans vers les ”les des mers du Sud.

 

IV, 2, Rosalinde

Il y a un vieux juge pour s'occuper des dŽlinquants de ta sorte, c'est le Temps.

 

 

Macbeth

 

I, 3, Banquo (gŽnŽral, il s'adresse aux trois sorcires)

Oh qu'est-ce lˆ?

Qui sont ces crŽatures si flŽtries,

Si insensŽes en leur accoutrement

Qu'elles ne semblent pas de cette terre

Que pourtant elles foulentÉ Etes-vous en vie?

L'homme a-t-il mme droit de poser des questions

A des tre de votre sorte? Vous paraissez me comprendre,

Portant vos doigts gercŽs ˆ vos lvres sches.

Vous pourriez tre des femmes,

N'Žtaient ces barbes pour me dissuader de le croire.

 

I, 3, Macbeth

Mais pourquoi puis-je, dans ce cas,

Me laisser envahir par cette hantise

Dont l'insinuation abominable

Fait se dresser mes cheveux, et cogner

Mon cÏur pourtant solide contre mes c™tes

Comme jamais encoreÉ Certes la peur vŽcue

Est moindre que l'horreur qu'on imagineÉ

 

I, 7, Lady macbeth

J'ai donnŽ le sein, et je sais

Comme il est doux d'aimer le petit tre qui tte,

Mais j'aurais arrachŽ mon tŽton  ˆ ses gencives sans force,

Et fžt-il mme en train de me sourire,

J'aurais fait jaillir sa cervelle

Si je m'atais engagŽe par le mme serment que vous!

 

V, 5, Macbeth

J'ai donc presque oubliŽ le gožt de la peur.

Il fut un temps o mes sens se seraient glacŽs

A un cri dans la nuit; o mon cuir chevelu

Se serait hŽrissŽ au moindre conte lugubre

Comme s'il ežt ŽtŽ la rŽalitŽ. Mais j'ai eu mon saoul d'horreur.

L'atroce est familier ˆ mes pensŽes meurtrires

Et ne me fait plus tressaillir.

 

V, 5, Macbeth

Elle aurait dž mourir en un autre temps,

Un o pour ce grand mot, la mort, il y aurait place.

HŽlas, demain, demain, demain, demain

Se faufile ˆ pas de souris de jour en jour

Jusqu'aux derniers Žchos de la mŽmoire

Et tous nos "hiers" n'ont fait qu'Žclairer les fous

Sur le chemin de l'ultime poussire

Eteins-toi brve lampe!

La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur

Qui s'agite et parade une heure, sur la scne,

Puis on ne l'entend plus. C'est un rŽcit

Plein de bruit, de fureur, qu'un idiot raconte

Et qui n'a pas de sens.

 

V, 5, Macbeth

Si ce qu'on me dit se confirme, il est aussi vain

De fuir se lieu que de s'y retrancher,

Mais je commence ˆ tre las du soleil; je voudrais

Que l'immense univers s'ŽcrouleÉ

 

 

 

RomŽo et juliette

 

I, 1, RomŽo

Le jour est-il encore si jeune?

É les heures tristes paraissent longues.

 

I, 1, RomŽo

Bah, je me suis abandonnŽ moi-mme,

Je ne suis pas iciÉ Ce n'est pas RomŽo.

 Il est quelque autre partÉ

 

II, 2, Juliette

Que je voudrais tre convenable, que je voudrais,

Ce que j'ai dit, le dŽtruire! Mais adieu mes bonnes manires,

M'aimes-tu? Je sais bien que tu diras oui,

Et je te croirais sur parole. É

ï RomŽo,

Si tu m'aimes, proclame-le d'un cÏur bien sincre,

Et si tu m'as trouvŽ trop aisŽment sŽduite,

Je me ferai dure et coquette, je dirai non,

Mais pour que tu me courtises, car autrement

J'en serais incapableÉ Beau Montaigu,

Je suis bien trop Žprise, et c'est pourquoi

Tu peux trouver ma conduite lŽgre,

Mais, crois-moi, ‰me noble, je serai

Plus fidle que d'autres qui, plus rusŽes,

Savent para”tre froides. Je l'aurais tentŽ, je l'avoue,

Si tu n'avais surpris, ˆ mon insu,

Mon aveu passionnŽ d'amour. Aussi, pardonne-moi,

Sans attribuer ˆ une ‰me frivole

Cet abandon qu'ˆ dŽcouvert la nuit trop sombre.

 

 

III, 2, Juliette

Aux amants peut suffire, pour les rites de l'amour,

La lumire de leur beautŽ; et si l'amour est aveugle

Il s'accorde aux tŽnbres d'autant mieuxÉ

Viens, douce nuit, amoureuse au front noir,

Donne-moi RomŽo; et quand je serai morte

Prends-le, fais le se rompre en petites Žtoiles

Lui qui rendra si beau le visage du ciel

Que l'univers sera comme fou de la nuit

Et n'adorera plus l'aveuglant soleil.

 

 

III, 3, RomŽo

Ses lvres, qui , dans leur chaste modestie,

Ne cessent de rougir ˆ l'idŽe qu'elles sont coupables

Du pŽchŽ de s'entrebaiserÉ

 

 

IV, 3, Juliette

Quand nous reverrons-nous? Dieu seul le sait.

Je sens un vague frisson de peur

S'Žpandre dans mes veines et glacer presque

La chaleur de ma vieÉ

 

 

V, 3, RomŽo

Combien de fois les hommes qui vont mourir

Ont ce moment de joie, que les gardes-malades

Nomment l'Žclair de la fin. ..

La mort, qui a sucŽ le miel de ton haleine,

N'a pas encore eu prise sur ta beautŽ

Et tu n'es pas vaincueÉ

Pourquoi es-tu si belle encore? Dois-je croire

Que l'impalpable mort serait amoureuse,

Et que ce monstre honni et dŽcharnŽ

Te garde dans le noir pour que tu sois sa ma”tresse?

Par crainte de cela, je veux rester prs de toi.

C'est ici que je veux mettre eu jeu mon repos Žternel

Et arracher au joug des Žtoiles contraires

Ma chair lasse du mondeÉ

 

SŽlection et montage final des textes.

Le film n'est pas trs respectueux des textes d'origine. Chaque monologue est un montage ˆ partir d'un ou plusieurs extraits, parfois issus de pices diffŽrentes.

 

 

Texte 1 lu par Anne Muller

Commande-moi de sauter d'une tour, ou d'errer dans les rues du crime.

Enferme-moi de nuit dans un charnier,

Commande-moi d'aller dans une tombe creusŽe de frais, me coucher prs d'un mort.

Tout cela, je frŽmis quand je le raconte, mais je le ferais sans crainte,

pour garder mon cher amour.

 

 

IV,1, Juliette

Commande-moi de sauter du plus haut des crŽneaux d'une tour,

Ou d'errer dans les rues du crime. Demande-moi

De me cacher parmi les serpents. Accroche-moi

Avec des ours grondants, enferme-moi

De nuit dans un charnier empli jusqu'au fa”te

Des os s'entrechoquant des morts, tibias fŽtides,

Cr‰nes jaun‰tres sans m‰choireÉ Commande-moi

D'aller dans une tombe creusŽe de frais

Me coucher prs d'un mort sous son linceul !

Tout cela, j'ai frŽmi quand on le raconte et pourtant

Je le ferais sans crainte ni dŽfaillance

Pour garder son Žpouse ˆ mon cher amour.

 

 

Texte 2 lu par Anne Muller(sŽquence coupŽe au montage)

Que je voudrais tre convenable, que je voudrais,

Ce que j'ai dit le dŽtruire! Mais adieu mes bonnes manires,

M'aimes-tu? Si tu m'aimes, proclame-le ; je te croirais sur paroles.

Et si tu m'as trouvŽ trop aisŽment sŽduite,

Je  me ferai dure et coquette, je dirai non,

Mais pour que tu me courtises, car autrement

J'en serai incapable.

 

 

II, 2, Juliette

Que je voudrais tre convenable, que je voudrais,

Ce que j'ai dit, le dŽtruire! Mais adieu mes bonnes manires,

M'aimes-tu? Je sais bien que tu diras oui,

Et je te croirais sur parole. É

ï RomŽo,

Si tu m'aimes, proclame-le d'un cÏur bien sincre,

Et si tu m'as trouvŽ trop aisŽment sŽduite,

Je me ferai dure et coquette, je dirai non,

Mais pour que tu me courtises, car autrement

J'en serais incapableÉ Beau Montaigu,

Je suis bien trop Žprise, et c'est pourquoi

Tu peux trouver ma conduite lŽgre,

Mais, crois-moi, ‰me noble, je serai

Plus fidle que d'autres qui, plus rusŽes,

Savent para”tre froides. Je l'aurais tentŽ, je l'avoue,

Si tu n'avais surpris, ˆ mon insu,

Mon aveu passionnŽ d'amour. Aussi, pardonne-moi,

Sans attribuer ˆ une ‰me frivole

Cet abandon qu'ˆ dŽcouvert la nuit trop sombre.

 

--------

 

Texte lu par Jean-Paul Wolf

Elle aurait dž mourir en un autre temps,

Un temps o pour ce grand mot, la mort,

Il y avait de la place.

Quand nous reverrons-nous?

Je sens un vague frisson de peur

Parcourir dans mes veines

Et presque me glacer.

 

V, 5, Macbeth

Elle aurait dž mourir en un autre temps,

Un o pour ce grand mot, la mort, il y aurait place.

HŽlas, demain, demain, demain, demain

Se faufile ˆ pas de souris de jour en jour

Jusqu'aux derniers Žchos de la mŽmoire

Et tous nos "hiers" n'ont fait qu'Žclairer les fous

Sur le chemin de l'ultime poussire

Eteins-toi brve lampe!

La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur

Qui s'agite et parade une heure, sur la scne,

Puis on ne l'entend plus. C'est un rŽcit

Plein de bruit, de fureur, qu'un idiot raconte

Et qui n'a pas de sens.

 

IV, 3, Juliette

Quand nous reverrons-nous? Dieu seul le sait.

Je sens un vague frisson de peur

S'Žpandre dans mes veines et glacer presque

La chaleur de ma vieÉ

 

---------

 

Louise Hermann (sŽquence coupŽe au montage)

 

J'ai donc presque oubliŽ le gožt de la peur.

Il fut un temps o mon cuir chevelu se serait hŽrissŽ au moindre cri dans la nuit.

Mais j'ai eu mon soul d'horreur

C'est maintenant que je pourrais boire

Du sang chaud et faire des choses si atroces que le jour

FrŽmirait de les voir.

 

V, 5, Macbeth

J'ai donc presque oubliŽ le gožt de la peur.

Il fut un temps o mes sens se seraient glacŽs

A un cri dans la nuit; o mon cuir chevelu

Se serait hŽrissŽ au moindre conte lugubre

Comme s'il ežt ŽtŽ la rŽalitŽ. Mais j'ai eu mon saoul d'horreur.

L'atroce est familier ˆ mes pensŽes meurtrires

Et ne me fait plus tressaillir.

 

 

(III, 2, Hamlet)

C'est maintenant que je pourrais boire

Du sang chaud et faire des choses si atroces que le jour

FrŽmirait de les voir.

 

-------------

 

 

Texte 1 lu par Louis Kaminska

 

Si ce qu'on me dit se confirme, il est aussi vain

De fuir ce lieu que de s'y enfermer.

Mais je commence ˆ tre las du soleil;

Si seulement cette chair trop solide pouvait fondre,

Et se dissoudre

En rosŽe.

 

V, 5, Macbeth

Si ce qu'on me dit se confirme, il est aussi vain

De fuir ce lieu que de s'y retrancher,

Mais je commence ˆ tre las du soleil; je voudrais

Que l'immense univers s'ŽcrouleÉ

 

(I, 2, Hamlet)

Oh! Si cette chair – trop, trop solide – pouvait fondre,

Et dans ce dŽgel se dissoudre en rosŽe,

Ou si l'Eternel n'avait pas ŽdictŽ sa loi

Contre le meurtre de soi-mme ! ï Dieu ! ï Dieu!

Comme me semble lassant, rebattu, insipide

Et ne menant ˆ rien, tout ce qu'on fait au monde !

Pouah, quelle horreur ! C'est un jardin envahi d'herbes

Qui montent en graine. Seul ce qui est Žpais

Et grossier y rgne.

 

 

Texte2 (sŽquence coupŽe au montage)

Je vous en prie, ne vous moquez pas de moi.

Je vous connais, il me semble, mais je reste incertain.

Car avant tout j'ignore 

Quel est ce lieu; et ne sais

O j'ai logŽ cette nuit.

Vous pensez que je vais pleurer.

Mais non, je ne pleurerai pas.

 

 

(IV, 7, Lear)

Je vous en prie, ne vous moquez pas de moi.

Je suis un trs vieil homme trs sot, trs fou,

De quatre-vingt ans et plus, non, pas une heure

De plus, de moins; et, pour parler franc, je redoute

De ne plus tre au mieux de ma raison.

Je vous connais, il me semble, et cet homme aussi,

Mais je reste incertain; car, avant tout, j'ignore

Quel est ce lieu; et de toute ma tte

Je ne puis rien tirer sur ces vtements; et ne sais

O j'ai logŽ cette nuit. Ne riez pas de moi,

 

(II, 3, Lear)

Ne me rassotez pas au point que je souffre

Comme une bte soumise. PŽnŽtrz-moi

D'une haute colre, - et faites que mes joues ne soient pas souillŽes

De pleurs, ces armes de la femme.

Vous pensez que je vais pleurer,

Non, non, je ne pleurerai pas. J'ai certes toutes

Les raisons de le faire, mais ce cÏur-lˆ

Eclatera en cent mille morceaux

Avant que je ne pleure. O fou, je deviens fou!

 

 

------

 

 

Texte 1 lu par Eugne Schitter

 

 

C'est merveilleux, merveilleusement merveilleux!

Je me suis abandonnŽ ˆ moi-mme,

Je ne suis pas iciÉ Ce n'est pas moi.

Je suis quelque autre part.

 

III, 2, CŽlia (Comme il vous plaira)

Ah, c'est merveilleux, merveilleux, merveilleusement merveilleux! Merveilleux au-delˆ de toutes les exclamations qui s'Žmerveillent.

 

 

I, 1, RomŽo

Bah, je me suis abandonnŽ moi-mme,

Je ne suis pas iciÉ Ce n'est pas moi.

 Je suis quelque autre partÉ

 

 

Texte 2 (sŽquence coupŽe au montage)

Que je suis honteux

Que tu aies le pouvoir d'Žbranler ainsi mon cÏur d'homme,

En sommes-nous donc lˆ?

Soit!

 

 

(I,4 Lear)

Vie et mort! Que je suis honteux

Que tu aies le pouvoir d'Žbranler ainsi mon cÏur d'homme,

Et que ces chaudes larmes, qui jaillissent contre mon grŽ,

Te fassent digne d'elles! Oh, temptes, flagellez-la,

Et vous brouillards nocifs! Que les incurables blessures

 De la malŽdiction d'un pre te dŽchirent

En chacun de tes sens! Vieux tendres yeux,

Si pour ce motif-lˆ vous pleurez encore,

Je vous arrache et vous jette, avec l'eau que vous rŽpandez

Pour attendrir la pierre! En sommes-nous donc lˆ?

Soit!